Créer des modèles d’affaires : Business Model Generation

Je viens de découvrir un modèle type Wall + post-it pour faire son business plan : BMC (Business Model Canvas) : http://www.businessmodelgeneration.com/canvas



 

Qu'est-ce un modèle éco­no­mique ?

Com­mu­né­ment appelé busi­ness model.
Il s'agit d'un outil qui décrit la façon de créer, déli­vrer et cap­tu­rer de la valeur pour une entre­prise. 

 

Le lien avec BMC ?

BMC revêt une fonc­tion heu­ris­tique, per­met­tant aux créa­teurs d’entreprises et aux ges­tion­naires de com­prendre et faire com­prendre le fonc­tion­ne­ment d’une entre­prise.


BMC dis­tinguent 9 blocs prin­ci­paux pour géné­rer un modèle économique :
Ils couvrent les 4 prin­ci­paux domaines d’une entre­prise : 
  • les clients
  • l’offre
  • l’infrastructure
  • la via­bi­lité financière

Seg­mentation de client

Il repré­sentent les groupes d’individus ou d’organisations que l’entreprise vise. Pour défi­nir son offre et ser­vir au mieux leurs inté­rêts, une entre­prise peut dis­tin­guer plu­sieurs seg­ments, selon leur besoins, leurs com­por­te­ments ou tout autre attri­but dis­cri­mi­nant (tels que leur les canaux de dis­tri­bu­tions pour les atteindre, le prix qu’ils acceptent de payer, etc.).

Quelques exemples de seg­ments de clien­tèle :
  • Grand public (“mass mar­ket”) : une non seg­men­ta­tion avec une offre iden­tique pour tous les consom­ma­teurs, qui vise un volume impor­tant,
  • Niche : l’entreprise vise un mar­ché très spé­ci­fique, la pro­po­si­tion de valeur est adap­tée aux besoins pré­cis d’une clien­tèle iden­ti­fiée,
  • seg­menté : des pro­duits qui varient pour s’adapter aux besoins de chaque segment.

Pro­po­si­tion de valeur

Il fait réfé­rence à l’ensemble des pro­duits et ser­vices pro­po­sés par l’entreprise pour satis­faire un besoin, créant de la sorte une valeur pour un seg­ment clien­tèle. La valeur peut pro­ve­nir de caractéristiques quantitatives (prix, rapi­dité d’intervention, puis­sance, etc.) et qualitatives (design, expérience utilisateur, service après-vente, ....).

Canaux de distributions

Ils sont les moyens mis en œuvre par l’entreprise pour déli­vrer sa pro­po­si­tion de valeur. Ces canaux peuvent être directs (com­mer­ciaux, site web) ou indi­rects ( réseau de maga­sin, maga­sins par­te­naires, gros­sistes), déte­nus en propre ou par des partenaires.

 

Rela­tion client

Elle peut être per­son­ni­fiée ou auto­ma­ti­sée et ser­vir trois grands types d’intérêts : l’acquisition de clien­tèle, la fidé­li­sa­tion, la monté en gamme (“upsel­ling”).

 

Recettes

Les recettes pro­viennent du cash géné­rés par les dif­fé­rents seg­ments de clien­tèle. Il est impor­tant de dis­tin­guer les “tran­sac­ting reve­nues”, reve­nus liés à des opé­ra­tions pré­cises et qui se soldent par un gain unique (“deal one-shot”), des reve­nus récur­rents (“recur­ring reve­nues)”, éche­lon­nés sur le temps.
Il existe de nom­breuses manières de géné­rer des reve­nus, parmi les­quelles :
  • La vente de biens: un revenu est généré de la vente d’un pro­duit phy­sique (eg ache­ter un livre),
  • La vente à l’utilisation : le prix est cal­culé en fonc­tion de la quan­tité consom­mée (eg du cré­dit télé­pho­nique, un nombre de nuits d’hôtel, etc.),
  • l’abonnement : l’utilisateur doit payer un prix d’abonnement pour pro­fi­ter du pro­duit ou du ser­vice (eg abon­ne­ment men­suel pour jouer à World of War­craft, abon­ne­ment à une salle de sport, etc.),
  • Le prêt/le crédit-bail/la loca­tion : ce revenu est lié à une ces­sion tem­po­raire et exclu­sive d’un pro­duit, pour le pro­prié­taire, cela lui per­met de pro­fi­ter d’un revenu récur­rent, pour le locataire/emprunteur cela lui per­met de ne pas sup­por­ter l’intégralité du coût d’acquisition (eg : loca­tion d’une voi­ture, d’un appar­te­ment, etc.),
  • l'octroi d’une licence : faire payer aux clients le droit d’utiliser une licence (sou­vent lié à une pro­priété intel­lec­tuelle). (eg. films à la TV, uti­li­sa­tion d’une tech­no­lo­gie, etc.)
  • Frais de cour­tage : ce revenu pro­vient d’un frais d’intermédiation (eg : frais des cartes ban­caires, frais des agents immo­bi­liers, etc.)
  • Publi­cité : de plus en plus de sec­teurs s’appuient sur la publi­cité pour réduire le coût d’utilisation des consommateurs.

 

Res­sources clefs

Elles peuvent être :
  • Finan­cières : de nom­breux busi­ness models néces­sitent des res­sources (cash, fonds propres, cré­dits, etc.) et des garan­ties finan­cières impor­tantes pour se déve­lop­per, pour ache­ter du capi­tal ou même pour embaucher,
  • Phy­siques : cette caté­go­rie com­prend tous les actifs tels que les immeubles, les véhi­cules, les machines, le réseau de dis­tri­bu­tion, etc.
  • Intel­lec­tuelles : la marque, les bre­vets, les res­sources “copy­righ­tées”, la base de don­nées, etc.
  • Humaines : toutes les entre­prises dépendent de leurs res­sources humaines, pour cer­taines cela est immé­diat et évident, notam­ment les entre­prises de recherche (eg. phar­ma­ceu­tique) et de consulting.

 

Acti­vi­tés clefs

Elles dépendent du modèle éco­no­mique retenu. Pour Micro­soft, le déve­lop­pe­ment logi­ciel est une des acti­vi­tés clefs prin­ci­pales, pour Dell, la ges­tion de la chaîne logistique.

Par­te­naires principaux

Ils per­mettent aux entre­prises d’optimiser la créa­tion de leur valeur (meilleure ges­tion de la cycli­cité, éco­no­mies d’échelle, réduc­tion du coût de trans­fert, par­tage de res­sources, etc.), réduire le risque ou acqué­rir de nou­velles ressources.

 

Coût de struc­ture

Il dépend du modèle éco­no­mique. Il est mode­lé par les par­te­na­riats, les res­sources et les acti­vi­tés rete­nus pour créer et déli­vrer la pro­po­si­tion de valeur, main­te­nir la rela­tion clients, bref géné­rer des revenus.

Bilan

A par­tir de ces 9 élé­ments, il est ainsi pos­sible de pen­ser un modèle éco­no­mique en fai­sant jouer les para­mètres.
Utiliser-le comme sup­port pour col­ler des post-it. Cette méthode per­met de prendre du recul, pen­ser de manière sys­té­mique en consi­dé­rant les prin­ci­paux points d’un business-model et leurs rela­tions, expli­ci­ter les hypo­thèses et les modifier/adapter à mesure.
Source :
 

2 commentaires:

  1. Hôtel Plus HMS est un logiciel professionnel utilisé dans l'hôtel Front Office. HMS a été développé pour satisfaire les divers besoins des hôtels tels que les réservations, la planification des chambres, la gestion des clients, les fournisseurs de services, les administrateurs, etc.

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour, me concernant je ne vois pas le rapport avec votre solution et le Business Model Canvas, à part en faire la promos, pouvez-vous nous expliquer le lien ?

    RépondreSupprimer